Les Misérables

Publié le par Lezen

Je suis tombé par terre, C'est la faute à Voltaire, Le nez dans dans le ruisseau, C'est la faute à... Cette petite grande âme venait de s'envoler.

Victor Hugo, Les Misérables

GENRE : Roman classique

    AUTEUR : Victor Hugo

    NOMBRE DE PAGES : 1946Comédie musicale adaptée en film

    PREMIÈRES PHRASES : "En 1815, M. Charles-François-Bienvenu Myriel était évêque de Digne. C'était un vieillard d'environ soixante-quinze ans; il occupait le siège de Digne depuis 1806."

    RÉSUMÉ

    Jean Valjean, ancien bagnard, devient bon grâce à monseigneur Bienvenu. Il est maire et sauve Fantine de la pauvreté. Il va chercher sa fille, Cosette, qu'il élève comme son propre enfant. Il doit échapper à Javert, policier cruel. 

    AVIS

      Ce roman m'a pris du temps à lire, par sa longueur et sa complexité. En effet, l'histoire en elle-même est assez simple, mais l'auteur utilise mille détours pour nous la raconter. Il rédige de nombreuses digressions, en apparence complètement éloignées du récit, mais dont seulement une petite partie est en lien avec l'histoire. Pour ne citer qu'un exemple, lorsque Jean Valjean s'enfuit dans les égouts de Paris, l'auteur nous décrit pendant une vingtaine de pages l'histoire de ces égouts depuis le Moyen-Âge. Cette richesse a le don de nous immerger complètement dans la France et particulièrement le Paris du XIX°siècle de l'auteur. C'est pratiquement un cours d'histoire sur la première moitié du XIX° siècle ! 

      Le livre est également un régal littéraire. Je n'ai pas eu le temps de voir toutes les figures de style, images utilisées et autres, mais Hugo présente dans cette oeuvre une grande richesse stylistique. 

      Les personnages sont attachants, évoluent tous, avec leur personnalité propre. Jean Valjean est complètement perdu au début, marginalisé, sans espoir. Sa rencontre avec monseigneur Bienvenu lui redonne de l'espoir et lui permet de devenir maire et de faire le bien autour lui. Javert, le policier intraitable, qui ne cesse de le traquer,  est la figure même de la loi. Il n'a pas de sentiments, ne fait qu'accomplir ce qu'il croit être la justice, sans réflexion. Sa rencontre finale avec Valjean est très intéressante et bien traitée, ouvre une autre perspective sur ce personnage peu attachant et cruel. Fantine est une victime de cette société violente, mesquine. Elle ne peut rien faire pour empêcher son triste destin de s'accomplir. L'amour éternel qu'elle porte à sa fille prouve que les sentiments ne peuvent pas disparaitre malgré la douleur. Cosette est toujours gardée, toujours entourée, jamais seule. Elle est d'abord choyée par Fantine, puis maltraitée par les Thénardier, et enfin adorée par Jean Valjean puis Marius, avec qui elle se marie. Le petit Gravroche, enfin, enfant des rues, est très attachant. Il nous donne envie de le protéger, de l'aider, pour qu'il puisse vivre.

      Cette oeuvre est si complexe qu'il y aurait encore bien des choses à dire, mais je vais m'arrêter ici. En résumé, c'est une oeuvre magistrale, très riche littérairement et historiquement. L'intrigue est bien menée et laisse le suspense jusqu'au bout, même si l'on peut déjà connaître la fin. Je le conseille si quelqu'un veut relire ce classique et a du temps à dépenser. 

      NOTE: 3/3

      Ce jardin n'était plus un jardin, c'était une broussaille colossale; c'est à dire quelque chose qui est impénétrable comme une forêt, peuplé comme une ville, frissonnant comme un nid, sombre comme une cathédrale, odorant comme un bouquet, solitaire comme une tombe, vivant comme une tombe.

      ibid

      Ce livre est lu dans le cadre du Challenge classiques 2016 du Pr. Platypus:

      http://profplatypus.fr/challenge-classique-2016/

      Challenge Classique 2016 – La page

      Pour ceux qui n’en sont pas familiers, il s’agit simplement de lire un classique par mois. Comme ce rythme peut être difficile à tenir, vous pouvez en vous inscrivant préciser que vous vous fixez un objectif différent – un tous les deux mois par exemple.

      Une fois la lecture faite, il ne vous reste plus qu’à écrire un article (sur votre blog, ou bien sur Babelio ou SensCritique) et à venir en indiquer le lien (ainsi que le titre et le nom de l’auteur) dans un commentaire ci-dessous.

      La destinée, avec sa patience mystérieuse et fatale, approchait lentement l'un de l'autre ces deux être chargés et tous languissants des orageuses électricités de la passion, ces deux âmes qui portaient l'amour comme deux nuages portent la foudre

      ibid

      Commenter cet article

      CISCO 21/12/2016 21:17

      Tu es enfin arrivé au bout ! Bravo !! Merci d'avoir réussi à mettre en avant l'essentiel de ce classique de la littérature française, cela donne envie de se replonger dans cet univers fascinant.

      Lezen 23/12/2016 13:01

      J'ai vraiment pris du plaisir en le lisant, en prenant le temps on peut passer un bon moment !

      super lecteur 21/12/2016 12:14

      Très bon résumé étant donné la taille du livre. Je conseille fortement le film des Misérables de Tom Hopper.

      Lezen 23/12/2016 13:02

      Merci beaucoup ! Je suis totalement d'accord, cette comédie musicale est géniale !