Le seigneur des anneaux, t.2, Les Deux Tours

Publié le par Lezen

 

GENRE : Science-fiction

    AUTEUR : J. R. R. Tolkien

    DATE DE PUBLICATION : 1966

      NOMBRE DE PAGES : 564

      PREMIÈRES PHRASES: "Aragorn gravit rapidement la colline. De temps à autre, il se baissait jusqu'au sol. Les Hobbits ont le pas léger et leurs empreintes ne sont pas faciles à interpréter, même pour un Rôdeur; mais, non loin du sommet, une source traversait le sentier, et il vit dans la terre mouillée ce qu'il cherchait."

       RÉSUMÉ

        Après la mort de Boromir, la Communauté est détruite. Sam et Frodon partent vers le Mordoré pour tenter de détruire l'Anneau maléfique. Aragon, Legolas et Gimli, quant à eux, veulent sauver Mery et Pippin des Orques qui les ont enlevés. Ils se retrouvent ensuite dans le Rohan, qu'ils veulent sauver de l'attaque de Saroumane.

        AVIS

        J'ai apprécié cette oeuvre autant que la première. Il y a une véritable continuité entre les livres. Dans mon article sur la Communauté de l'Anneau, j'ai fait une présentation de la Terre du Milieu. Ici, je vais surtout présenter l'histoire. Les Deux Tours narre les aventures tous les anciens personnages de la communauté. Tolkien consacre de longs passages à l'histoire d'un groupe précis. Cela permet de s'identifier complètement aux personnnages, car on ne peut pas avoir d'autre point de vue. Par exemple, Gandalf agit supposant que Frodon réussisse à détruire l'anneau; mais il ignore ce qui lui arrive. Ils ne communiquent pas entre eux, et Tolkien nous cache aussi ce qui se passe pour les autres personnages au même moment grâce a ce procédé. Cela n'est pas présent dans le film, car le cinéaste alterne les points de vue: on évite l'ennui.

        Mais revenons au livre. Frodon et Sam rencontrent ici Gollum, personnage original et  très interessant. En effet, sa présence a une influence à double tranchant: il gêne les hobbits dans leur quête, dégrade leur relation car ils sont opposés à son sujet. Cependant, il les guide et les conseille dans une région hostile. Leur voyage n'est pas forcément le passage le plus agréable à lire, car il y a du noir, ils sont comme en enfer, rien ne pousse, tout est angoissant. Il est néanmoins essentiel, car de la réussite de leur action dépend l'avenir de la Terre du Milieu entière: tout ce que font les autres n'aurait aucun intérêt s'ils échouaient.

        L'action se concentre dans des voyages, personne ne reste longtemps à la même place. Les 3 chercheurs vont jusqu'à la forêt de Fangorn, puis au Rohan chez le roi Théoden et enfin au gouffre de Helm à la fin du livre. Ils sont toujours à la recherche de l'endroit où l'on aura besoin d'eux. L'oeuvre est ainsi une quête, physique et psychique, pour détruire le mal. Les protagonistes sont tentés, comme Pippin avec le Palantir, de passer de l'autre côté. En effet, au sommet de sa gloire, ce dernier a l'air extrêmement puissant, plus attrayant que le bien qui est beaucoup moins impressionnant d'un point de vue de puissance et d'armée. Néanmoins, les héros continuent à rester fidèles et à lutter contre Sauron. Cette tentation est aussi présente avec Faramir, qui voudrait prendre l'anneau pour son père. Il espère en effet sa reconnaissance. La dualité est donc présente dans cette oeuvre.

        Les voyages sont initiatiques, car les obstacles font progresser les personnages. Les hobbits en sont l'exemple le plus flagrant: Merry et Pippin, au début enfantins et insouciants, réussissent à persuader Sylvebarbe d'attaquer l'Isengard et de détruire ainsi la deuxième puissance maléfique de la Terre du Milieu. Frodon et Sam murissent aussi: ils parviennent au Mordor seuls, n'ayant jamais dépassé les frontières de leur petite région de la Comté auparavant. Frodon a l'idée d'utiliser Gollum comme guide, au lieu de le tuer ou de le relâcher. Mais d'autres personnages grandissent aussi dans les livres. Legolas et Gimli, provenant de deux espèces ennemies, collaborent pour rechercher les hobbits et deviennent amis par la suite. Leur rivalité possible pourrait ralentir leur mission, mais ils restent en bonne entente. L'histoire illustre donc les messages que l'auteur fait passer. La guerre n'occupe pas la grande partie du roman; en effet, le gouffre de Helm est assez court proportionnellement au reste de l'action. L'auteur ne privilégie donc pas la violence et les conflits. Ceci est paradoxal dans un livre qui conte une guerre. 

        J'ai autant apprécie ce tome que le précédent, je le conseillerai également, surtout pour ceux qui ont vu le film: il va plus lins, développe plus l'action, devient donc très intéressant. 

        NOTE: 3/3

        Ce livre est lu dans le cadre du Challenge classique:

        Le challenge classique, qu’est-ce que c’est ? Rien de plus simple : c’est un challenge qui consiste à lire et chroniquer au moins un classique par mois. Si vous savez d’avance que vous ne tiendrez pas le rythme, vous pouvez vous fixer dès le début un objectif moindre et ne le faire qu’un mois sur deux. Le but est avant tout de partager ses lectures et ses découvertes avec le plus grand nombre ! Mais comme on est toujours plus motivé avec une carotte, le challenger le plus assidu et le plus prolixe aura droit à une petite récompense en fin d’année

        Voici le lien du blog pour ceux qui seraient intéressés : http://profplatypus.fr/challenge-classique-2017-la-page/

        Commenter cet article

        PHILIPPE D 05/04/2017 21:58

        Mon fils a adoré la série. Moi, je n'ai jamais essayé. Un jour peut-être...

        Lezen 12/04/2017 18:29

        Je le conseille vivement en tout cas !

        Gaëtane 01/04/2017 09:01

        J'adore Le Seigneur des anneaux et Les deux tours en particulier pas tant pour la bataille du gouffre du Helm mais pour la première partie du livre avec la recherche de Pippin et Merry par Legolas, Aragorn et Gimli.

        Lezen 03/04/2017 17:27

        Je suis d'accord ce moment est fantastique, et très bien retranscrit dans le film je trouve; le passage avec les ents est super aussi !